Le Rectorat de l’Université Pontificale Catholique de São Paulo (PUC-SP) a décidé d’engager une procédure d’enquête contre les professeurs Peter Pál Pelbart, Yolanda Glória Gamboa Muñoz et Jonnefer Barbosa sous l’allégation suivante : ils auraient encouragé, soutenu et produit à l’Université un spectacle du metteur en scène de théâtre  Zé Celso Martinez. Ce spectacle eut lieu dans le cadre de la mobilisation des étudiants, des enseignants et du personnel administratif contre la nomination, au poste de Recteur, par le cardinal et archevêque de São Paulo D. Odilo Scherer, en novembre 2012, de la candidate arrivée en troisième place lors des élections à l’Université. Cette décision sans précédent contrevenait à l’esprit et aux procédures démocratiques en vigueur dans la première université brésilienne qui ait organisé des élections directes et paritaires pour le poste de recteur.

En rupture avec la tradition académique de la  PUC-SP en faveur de la défense inconditionnelle de la liberté d’expression, du pluralisme des idées, de l’indépendance de la recherche et de l’ouverture à la société, l’accusation met en avant une grave atteinte au « patrimoine moral et culturel » de l’institution et une « incitation des étudiants à l’indiscipline »  par les enseignants concernés.

L’assignation à comparaître des trois professeurs du département de philosophie devant une commission d’enquête à l’intitulé inquisitorial (Comissão Sindicante Processante Permanente), chargée d’instruire ce procès inique, manifeste la volonté de créer parmi les enseignants et les étudiants un climat d’intimidation, de peur et d’insécurité. C’est, de la part du Rectorat, le signe d’une orientation extrêmement préoccupante,  en contradiction avec le principe d’autonomie des universités et de liberté académique — ces deux valeurs essentielles chèrement conquises par la PUC-SP depuis la période la plus sombre de la dictature militaire et qui sont la condition même de son rayonnement intellectuel au Brésil et dans le monde.

Les signataires manifestent leur entière solidarité avec les enseignants mis en cause, leur refus du procès en cours et exigent, outre son immédiate suspension, le retour à la tradition d’indépendance et de liberté de l’Université Pontificale Catholique de São Paulo, indispensable à l’enseignement et à la recherche universitaires.

http://cartapucsp.lrdsign.com

 

Update 18 August 2014: The local and international manifestations against the absurd trial against Peter Pelbart and two other professors of philosophy by the Provost of the PUC-SP and Arcepispo of São Paulo was victorious. The inquisitors retreated and decided to quash it.